artistes




LOUIS RONAN CHOISY

  • Ecouter une sélection :

Auteur, compositeur, interprète (Piano), Louis s’aventure dans des sphères artistiques brutes.

A l'âge de 14 ans, Louis participe à son premier groupe « The Dreams », en tant qu’organiste, puis à ses premiers concerts en tant que bassiste avec « Mal de Cap » (version plus pop du premier groupe fortement marqué par le rock psychédélique 70s).

Avec le groupe IKA (punk-glam-rock) et ses trois cents concerts à travers la France, Louis devient bassiste-chanteur. A 22 ans, alors que le groupe IKA se sépare, Louis écoute Leonard Cohen et lit Céline. Il décide de changer sa façon de chanter. Sa voix devient grave, son écriture plus profonde.

Son premier album, D'apparence en apparence (Columbia-SonyBMG), réalisé par Dorian Chaillou (producteur de son ancien groupe IKA), sort en 2003. Après quelques premières parties (Dani, Tom McRae, Cali, Sanseverino...) et festivals (Nancy Jazz Pulsations, Francofolies...), il écrit son deuxième album et s'entoure d'Alexandre Azaria, connu en autres pour ses musiques de films.

 La nuit m'attend (Columbia-SonyBMG) sort en 2006. Le son est très pop et très "anglais". Expérimentant les sonorités électroniques pendant ses concerts, il demande à Yann Cortella, artiste-producer français, de travailler sur  un album dans cette nouvelle voie. Les enfants du siècle (Neogene Music-EMI) parait en février 2008.

En 2010, il est à l'affiche du film Le Refuge de François Ozon avec Isabelle Carré, avec qui il enregistre la chanson titre. Il interprète Paul, un jeune homme fragile et désaxé. Il compose également la bande originale du film.

La même année, il sort son quatrième album, Rivière de plumes (Bonsaï Music/Karamazov production-Harmonia Mundi), réalisé par le guitariste et arrangeur Frédéric Fuchs et par lui-même. C'est un album pop-folk, lumineux et aérien. Il collabore également pour la première fois avec le groupe français Nouvelle Vague et reprend avec Helena Noguerra la chanson « L’Aventurier » d’Indochine sur l’album Couleurs sur Paris (Barclay-Universal).

On le voit une nouvelle fois en tant qu’acteur dans le premier long-métrage de Mikhaël Hers, Memory Lane. Un autre projet voit le jour en fin d’année, Le Vague au corps, une vidéo-installation réalisée par l’artiste contemporain Stéphane Querrec. C’est une performance de chants improvisés autour des textes de Virginia Woolf, sur un principe de non pensée et de réactions pures.