artistes




THE ANOMALIES

  • Ecouter une sélection :
Jacobs Ladder MD1071
 
 
Kid Riot MD1071
 
 
Employee of the Month MD1071
 
 
Tout sélectionner

 

« L’éclectisme est au cœur de notre musique. Elle n’est pas d’un genre spécifique et parfois, les professionnels ont du mal à nous mettre dans telle ou telle catégorie. Nous n’avons rien à voir avec la classification en genre, alors nous prenons les choses comme elle viennent », explique avec enthousiasme Sam, l’un des deux mentors de The Anomalies. A l’instar du son qu’ils développent, leur démarche est délicate à décrire, mais c’est précisément là que réside la magie du groupe.

Plus qu’une simple définition de leur nom – qui indique ce qui sépare leur musique de ce qui est standard ou normal – The Anomalies combine soul, funk, hip-hop, dance, indie et même drum and bass dans un même élan. En transcendant cette notion aujourd’hui presque normalisée de la diversité obligatoire des influences, ils parviennent avec beaucoup de spontaneité à mélanger entre eux des styles qui n’ont normalement rien à voir entre eux : qui d’autre associe si malicieusement un thème symphonique classique aux riffs acérés de guitares, à du rap insidieux lui-même enrobé de rythme swing ? The Anomalies s’est par ailleurs construit un son moderne et fluide en mariant les samples à une approche instrumentale live.

Mais qui sont-ils au fait ? Les producteurs/chanteurs Sam and Murf, tous les deux fous de musique, viennent de Hereford en Angleterre et ont d’abord dynamité la scène locale en multipliant les expériences et surtout en y prenant beaucoup de plaisir. « On est arrivé à la musique  presque par accident. On a pris l’habitude d’aller dans le club local et d’y passer des nuits à poser des breaks de batterie et des lignes de basse. Il n’y avait pas grand-chose à faire d’autres. Cette ville n’est pas bien grande et on y rencontrait forcément les autres boulimiques de musique. Ca donnait à ces soirées des allures de communauté très affutée où les goûts de chacun agissaient sur tous les autres ! C’est plus facile de constituer un groupe dans ces circonstances. »

Tandis que les goûts de Murf sont fondés sur son amour de jeunesse pour le hip-hop de Cypress Hill ou des Beastie Boys, ceux de Sam se tournent plutôt vers l’indie rock et le rock’n’roll. Plutôt opposés sur le spectre musical, ces préférences ont fait se rencontrer les deux acolytes au milieu. « Murf et moi faisons partie des quelques personnes à Hereford qui étaient attirés par le hip-hop britannique. A partir de là, nous avons commencé à aller plus loin dans les mélodies, les harmonies aussi bien dans les rythmiques que dans les timbres » précise Sam. « Nous avons appris petit à petit à écrire et à produire sur le tas parce que notre expérience dans ce domaine était limitée ».

Le duo a pu ainsi se familiariser avec la pratique de la platine, du sampling et des boucles. Au fur et à mesure que le temps avance, le duo concrétise une unité musicale qui passe par une utilisation de plus en plus importante de l’instrumentation live dans le cœur du mix mais aussi d’un brassage encore plus marqué entre l’électronique et l’acoustique.

Le groupe au grand complet comprend DJ Mayhem aux platines, Pete Cooper à la basse, Joey Holmes à la batterie et bien sûr Sam au chant et à la guitare, ainsi que Murf qui pose aussi la voix et assure le show. Leur réputation scénique les amène à rencontrer des performers tels que Lethal Bizzle, Dan Le Sac vs Scroobius Pip, Stereo MC’s, The Futureheads, DJ Yoda, Goldie et même Grandmaster Flash.

« On ne pourrait pas faire un album entier sur le tempo du livre, pour nous le studio limite un peu la performance. Et puis, on s’ennuie assez rapidement à faire la même chose. Mais ce qui continue de nous intéresser c’est de passer d’un style à l’autre. Par exemple, on peut commencer à travailler une vibration samba et ensuite tourner autour » explique Sam. « On se laisse porter ainsi. Nous voulons simplement faire la musique que nous voulons écouter »

C’est ainsi qu’ils donnent naissance à des singles aussi forts et évidents que Kid Riot ou Employee of The Month. Perfectionnistes et désireux de repousser leurs limites, The Anomalies se détournent ainsi des stéréotypes et des formules toutes faites en renouvelant l’idée que le public peut se faire de l’éclectisme. Il ne s’agit pas pour eux de mélanger simplement les genres, mais avant tout de musique. Et d’ailleurs que pourraient faire d’autres, deux petits gars de Hereford ?