artistes




JESUS VOLT

  • Ecouter une sélection :
Devil in a Red Tuxedo MD1006
 
 
John the Revelator MD1006
 
 
Tout sélectionner

 

Si vous ne connaissez pas encore les Jesus Volt, c’est mal ! Mais on va vite remédier à cette petite lacune avec une présentation en bonne et due forme de ces 4 musiciens hors pair. Nous avons tout d’abord, Lord Tracy (chant, harmonica, bruits de gorges divers ), El Tao (guitares en tout genre), Julienas (petit nouveau à la basse) et Mister H (batterie vive). Tombés tout petit dans la marmite bouillonnante du rock’n’roll, ils nous servent un savant mélange à base de blues, de funk / soul très seventies, et même d’une petite dose d’électro ou de hip hop, si besoin ! Les petits gars ne sont pas sectaires.

Un peu d’histoire

C’est sous la bannière New Rock Blues que pourrait se décliner l’univers musical du premier album de Jesus Volt, « Always Drunk , Never Sad » sorti en 2000. En 2003 suite à leur rencontre avec Jean Marie Aerts (Arno, Beverly Jo Scott, Urban Dance Squad),  ils enregistrent “Electro Button Funky Coxxx”. Le réalisateur les pousse, avec succès,  hors de leurs frontières musicales pour flirter avec les sons électro et funk. En 2004, lors d’une tournée en Australie, le groupe va rencontrer Tony Cohen. Le producteur fou furieux de Nick Cave and the Bad Seeds, Sacred Cowboys ou Birthday Party tombe sous le charme des quatre frenchy et leur mitonne “In Stereo”, un album salué par la critique et le public.

Leur son se fait plus sale, plus urbain dans la lignée d’un RL Burnside, John Campbell ou encore d’un John Spencer Blues Explosion. Mais c’est sur scène, avec plus de mille concerts à leur actif,  que le groupe s’est forgé une solide réputation de performers. De la France, leur terre d’asile à  la Pologne, en passant (régulièrement) par l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche ou l’Italie, ils écument l’Europe. L’album live “Hallelujah Mother Fuckers”, enregistré en Hollande, capte de manière assez fidèle l’énergie, pleine de testostérone, que dégage le combo sur scène. En 2005 Jesus Volt est invité sur l’émission mythique RockPalast Tv Show en Allemagne, rite de passage essentiel pour chaque groupe de rock qui se respecte, faisant d’eux l’un des rares groupes français à être passé dans le show.

Après avoir débauché (au sens propre comme au figuré) Tony Cohen, ils ont encore une fois décrocher le gros lot ! Ce n’est autre que la pointure des producteurs de rock australien, l’oscarisé, Mark Opitz, à l’origine de quelques uns des meilleurs albums d’INXS, AC/DC ou KISS, mais aussi Bob Dylan, Alice Cooper ou Hoodoo Gurus, qui sera le chef d’orchestre de leur nouvel album « Vaya Con Dildo » Et pour en rajouter une couche, ils se sont également adjoint les services de Peter Deimel, l’ingénieur du son le plus doué de sa génération qui, dans son studio BlackBox à Angers, véritable caverne d’Ali baba de matos vintage, a travaillé avec Klaxons, Hushpuppies, Deportivo, Deus… « Après Power Plant (à New York ndlr), l’un des meilleurs studios ou j’ai travaillé » dixit Mark Opitz. Ca calme !

Une fois encore, ce producteur et ce réalisateur sont séduits (et débauchés)  par le groupe ! Selon la légende, à la première écoute des démos, Mark se serait exclamé « Je prends, j'aime c'est pour moi. » C’est qu’il a le sens de la formule l’australien. Résultat : un énorme album de rock. Un mélange explosif de guitares et de batterie puissante. Un son beau, aérien, tendu, intense. Du rock à vous en donner la chaire de poule !

C’est début 2013 qu'est sorti VAYA CON DILDO, qui va dégommer la scène rock et dépoter vos cages à miel !